Que se passe-t-il dans les champs ? | L'école des céréales

Que se passe-t-il dans les champs ?


Un champs de blé au tout début du printemps
Pour fêter l'arrivée du Printemps, Sophie Dupré, professeur des écoles multi-niveaux dans les Côtes d'Armor, vous suggère quelques activités de découverte des céréales !
 
***
 
« C’est le printemps, les hirondelles sont dans les champs, c’est le printemps… » Pourquoi ne pas commencer à parler du printemps en chantant ou en apprenant des poésies : il en existe de si belles qui décrivent cette période de l’année où la nature se réveille après quelques mois de sommeil. À l’école, s’interroger sur le printemps et ce qu’il se passe dans les champs est un thème que l’on retrouve à chaque cycle. Dès la maternelle, on cherche à faire découvrir aux enfants le vivant en observant des manifestations de la vie (plantations, élevage). En cycle 2, les élèves sont amenés à réfléchir sur les caractéristiques du vivant : naissance, croissance et reproduction des espèces. En cycle 3, on expérimente encore davantage : découvrir le secret des graines revient à comprendre les conditions de développement d’un végétal. Bref, à chaque cycle, la thématique est propice à de nombreuses activités autour des céréales. 
 
***
 
En maternelle, en plus de se lancer dans un projet de semis et d’observation, il est pertinent de travailler avec des albums en ligne sur le thème de la germination. Materalbum recense une sélection de livres pour enfants par thèmes. Ainsi, lisons à nos élèves Une si petite graine, Panique au potager, Trognon et Pépin… En plus des comptines, ritournelles et chansons que l’on mime et danse gaiement avec nos élèves – « Savez-vous planter des choux, à la mode à la mode… » – cela permet de bien « rentrer » dans la thématique du printemps. 
Faire des semis ou même un jardin, permet de mettre en place des concepts de base : construire les notions de graine et de cycle de vie puis structurer le temps.
La Main à la pâte met en ligne des démarches de mise en œuvre en maternelle, et voici une séquence publiée dans La Classe maternelle.
En maternelle, semons du blé. Pourquoi ? Le blé germe facilement et tous les élèves mangent du pain, mais ils ne savent pas forcément que la farine vient du blé… De quoi expliquer toute la filière.
Alors, préparer des petits pots de graines à faire germer, dans du coton, sans coton, certains seront arrosés beaucoup, d’autres un peu, voire pas du tout. On peut mettre des pots à la lumière, d’autres dans le tiroir du bureau de la maîtresse, dans le noir… Ils aiment beaucoup… ça les intrigue : que se passe-t-il dans ce tiroir ? 
Moi, j’aime bien suivre les protocoles des élèves : en atelier dirigé je leur demande « Comment faire pour que la graine pousse ? » Ils proposent des idées puis on les teste. Je leur suggère des idées, si nécessaire. En quelques jours, certaines graines vont germer, d’autres non. On pourra alors identifier leurs besoins pour un développement idéal. Ensuite, on peut planter certaines graines germées dans la terre et en laisser dans du coton, toujours suivant des protocoles définis avec les élèves. L’avantage d’en laisser dans du coton c’est de pouvoir observer les racines. Là encore certains pots vont pousser, on pourra en déduire les besoins de cette plante.
 
Ainsi, les élèves comprennent que les graines germent et deviennent des plantes. Une plante a des racines, une tige, des feuilles et pour croître elle a besoin de terre, de lumière et d’eau.
Pour illustrer, en graphisme, travailler sur le rond puis sur l’ovale pour apprendre à dessiner des fleurs et des feuilles et, enfin, sur les lignes verticales pour dessiner les tiges des fleurs et des plantes est de saison.
 
En maternelle, passer de la graine de blé aux champs de blé va rester plutôt abstrait, mais pour illustrer et clore le travail réalisé en maternelle, rien n’empêche de décrire le printemps dans un champ de céréales avec photos et vocabulaire à l’appui avec le dossier 4 saisons dans un champ de céréales. Et, pour aller plus loin sur le thème des céréales, le dossier « Qui devient quoi ? » permet de travailler sur les produits dérivés du blé et du maïs. Très utile après leur avoir appris que le pain est issu du blé !
 
**
 
Pour les élèves de primaire, on peut commencer par la question suivante : que se passe-t-il dans les champs au printemps ?
« Ça pousse ! » « Les arbres ont des feuilles. » « Les arbres font des fruits. » « Y a des légumes dans le jardin… »
Leurs représentations constituent une photographie de leurs connaissances et cela permet de construire une séquence appropriée et de déconstruire certains a priori.
Aux cycles 2 et 3, on peut suivre le cycle de croissance des céréales. Des animations existent pour quatre d’entre elles : blé, maïs, orge, riz.
 
  
 

 

En classe, en avril on peut planter du maïs. Le cycle de cette culture – plus originale que des pois et des haricots ¬ est expliqué dans le dossier « Le maïs, du grain à l'épi ».  Si vous n’êtes pas spécialiste du jardinage, pas de panique, suivez le guide la croissance d’une céréale.

Les graines (3/4) semées à 4 cm de profondeur dans du terreau pousseront différemment si on place le pot à l’extérieur ou à l’intérieur. On peut donc proposer aux élèves de laisser des pots à l’intérieur et d’en placer dehors. Pendant plusieurs semaines les élèves vont pouvoir observer le développement, prendre des photos témoins, faire des dessins d’observation (certes plus ou moins réalistes… c’est un dur apprentissage !). Des fiches d’observation sont téléchargeables ici et
 
Ils vont observer la levée (après que la graine a germé, une tige va sortir de terre), puis le tallage : la tige pousse et se ramifie. Ils noteront la température intérieure et celle extérieure ainsi que la hauteur des plantes dans chaque pot. Ils vont alors constater les besoins en chaleur des plantes pour bien pousser ! Puis après la montaison et l’épiaison, certains plants vont fleurir, notamment sous l’effet d’un arrosage fréquent : les élèves pourront en conclure l‘importance du besoin en eau à la période de la floraison. La plante fleurit, c’est le début de la reproduction. Pour aller plus loin, la mallette pédagogique « Le maïs de sa production à notre alimentation » permet de faire le tour de la question sur cette céréale/légume.
 
Enfin, un des projets que j’ai en tête, mais pas encore mis en œuvre, est de faire une rizière en classe. L’objectif serait de réussir à récolter du paddy (le grain de riz brut). Là encore, le protocole serait à construire avec les élèves. Toutefois, il faudrait prévoir un récipient suffisamment grand pour pouvoir mettre en eau ma "micro-parcelle" et la vider ensuite le tout sur une période de 5 mois, du semis à la récolte. Vous pouvez trouver des informations sur le riz de Camargue dans Epok’epi n°5. Et si vous n’êtes pas loin d’Arles, sachez que la Maison du riz accueille les scolaires sur demande !
 
***
 
Sans se lancer dans un projet pharaonique ou contraignant de jardin à l’école, faire des semis en classe est déjà une activité riche qui ravit les élèves… Ils adorent « gavouiller » dans la terre et constater que… ça pousse ! (J’ai toujours au moins une plante dans ma classe et elle ne manque jamais de soins… à la différence de leurs cahiers !) Alors constater qu’ils arrivent même à faire pousser du blé, du maïs voire du riz… waouah ! Bref, la thématique du printemps et de ce qu'il se passe dans les champs est vaste. Elle peut aussi être un support pour faire organiser aux élèves une randonnée découverte au milieu des champs ou une sortie à la ferme pour parler de la géographie des cultures en France… Des activités où les élèves manipulent, se questionnent, expérimentent, sont acteurs et… aiment ça !