La moisson du riz a commencé en Camargue | L'école des céréales

La moisson du riz a commencé en Camargue


Moissonneuse batteuse récoltant dans une rizière

En octobre, la Camargue vit au rythme de la moisson du riz. Semée en avril-mai, la céréale arrive à maturité à l’entrée de l’automne (lisez le détail des étapes de la riziculture sur le numéro que lui consacre Epok’epi). Dans les rizières, on procède alors à la vidange* des champs pour laisser la place aux hommes et à leurs machines qui peuvent commencer la moisson ! 

Une fois récolté, le riz subit différentes transformations avant d'arriver en sachets dans les rayons de nos magasins (découvrez la fiche De la rizière à l’assiette et regardez la vidéo sur le site Riz de Camargue). En Camargue, la culture du riz est nourricière ! Si on retrouve le riz sous toutes ses formes dans la tradition culinaire locale (il existe une soixantaine de variétés de riz, long, demi-long, rond, parfumé, etc.), sa culture participe à l’équilibre d’un territoire presque désertique. À l’origine, les agriculteurs camarguais se sont lancés dans la riziculture pour réduire la salinisation des sols impropres à toute culture. Une initiative qui a pris véritablement son élan après la guerre et le soutien financier du Plan Marshall (1947). La mise en place d’un système complexe d’irrigation, nécessaire pour pourvoir à la demande de la riziculture très grande consommatrice d’eau, a permis le dessalement des terres agricoles à grande échelle (regardez aussi la vidéo, Sans eau, pas de riz, pas de Camargue).
 
(*) Procédé qui consiste à vider l’eau des rizières.
Crédits photos : © SRFF